Non classé

Tik-Tok, les jeunes s’amusent, les pervers se régalent…

TikTok, appli préférée des pré-ado

Imaginez la scène…

Vous appelez vos enfants ou petits enfants pour le dîner. L’odeur alléchante du repas ne suffit pas à les faire venir à table. Vous ouvrez d’un coup sec la porte de la chambre de votre ado.

Vous découvrez une fille de 12 ans qui paraît… en avoir 16 ! Elle a pris le rouge à lèvres de sa maman, piqué ses talons, et se promène le nombril à l’air en petite tenue.

Ce n’est pas tout…

Elle se trémousse devant son miroir sur le dernier tube à la mode, en prenant les mêmes poses suggestives que la chanteuse, avec un regard trop coquin pour son âge.

Mais ce n’est pas le pire…

Par la fenêtre, vous apercevez plusieurs hommes, loin du profil de gendre idéal. Mal rasés et bedonnants, langue pendante et salive au coin des lèvres… ils se rincent l’oeil devant votre fille qui se donne en spectacle.

Comment vous sentez-vous ?

Et si l’un d’eux tend son numéro de téléphone sur une feuille de papier, un autre toque au carreau en léchant la vitre avec un clin d’oeil gourmand, et un troisième placarde des petits messages du type “allez vas-y, enlève le bas… !”

Que faites-vous ?

Probablement irruption en mode “tornade” dans la chambre ! Vous jetez un regard noir à votre fille, vous tirez illico le rideau ou ouvrez la fenêtre pour empoigner ces voyeurs. Puis une fois la fureur passée et les spectateurs au loin, vous avez une explication entre 4 yeux avec votre fille pour lui faire comprendre “certaines choses de la vie”.

Cette scène vous paraît totalement tirée par les cheveux ?

Et bien c’est pourtant ce qui se passe à l’insu des parents et grands-parents.

Où ça ?

Sur le web, à travers certaines applications vidéo très populaires chez nos ados voire pré-ados, en particulier les jeunes filles. Mais très populaires aussi… chez de vrais pédophiles, qui les regardent depuis l’autre bout du monde ou à deux pas de chez vous !

Pas de fatalité, vous pouvez agir rapidement en suivant les 6 conseils pratiques que je vous ai préparés.

Tik Tok, vous connaissez ?

Comme moi, vous avez largement dépassé vos 20 ans. Vous n’êtes pas toujours au courant des dernières tendances numériques.

Vous n’avez donc probablement jamais entendu parler de l’application “Tik Tok”. Ni de sa cousine “musical ly”, également chinoise, avec laquelle elle a fusionné l’été dernier.

Bon, même Cyprien – le YouTuber humoriste à succès qui a moins de 30 ans – n’a découvert Tik Tok que fin 2018. Il est tombé des nues en voyant ses propres vidéos imitées par des jeunes et totalisant déjà plus de 25 millions de vues…

Ludique et créative, cette application est l’une des plus téléchargées au monde par les jeunes en ce moment et fait partie du club très fermé à avoir dépassé le milliard de téléchargements.

Oui… 1 000 000 000 !

Pas mal de zéros mais surtout beaucoup, beaucoup trop d’enfants partout dans le monde confrontés à de vrais dangers.

Une croissance explosive, bien plus rapide que les autres applications très populaires.

L’appli qui cartonne chez les jeunes

Facebook, Instagram ou Snapchat (Snap’ pour les intimes) c’est fini ou presque, car les ados se retrouvent de plus en plus sur Tik Tok.

Les jeunes autour de moi la connaissent tous. Ils ont été bombardés de publicités ces derniers mois sur leurs écrans pour l’installer. Et ça marche ! Certains amis de mes enfants l’utilisent très souvent…

En France, c’est l’application préférée des 11-16 ans. Officiellement elle est interdite aux moins de 13 ans. Mais il semble que 39 % des 11-14 ans ont un compte, et ce chiffre cache une grosse disparité : 15% des garçons contre 58% des filles. Cela fait des millions de jeunes exposés

« 58% des filles entre 11 et 14 ans sont sur TikTok »

C’est le réseau social qui connaît la plus forte progression chez les plus jeunes” selon Cyril di Palma, délégué général de l’association Génération numérique. Pour les élèves de cinquième interrogés, la progression sur un an est de plus de 40% !

Tik Tok, késaco ?

À première vue, cette application est plutôt marrante. Le principe est de réaliser un playback de 15 secondes : se filmer en chantant pour de faux, puis monter sa vidéo sur la musique et ajouter des effets de transition et des filtres spéciaux pour “truquer” l’image.

Les selfies : des images figées… c’est dépassé !

La vidéo a détrôné la photo dans le coeur de nos jeunes, filles comme garçons. Désormais, se filmer puis partager le résultat avec toute la planète est devenue l’activité préférée de beaucoup d’ados et même parmi les plus jeunes, parfois dès 7 ans. Mais ce n’est pas qu’un simple logiciel de montage. C’est surtout un réseau social.

Et c’est là que le bât blesse : Tik Tok ne filtre pas grand chose niveau qualité et diffusion du contenu. C’est la porte ouverte à toutes les dérives

Hypersexualisation

Parmi les nombreux défis qui se propagent sur Tik Tok, le “take off clothes challenge” (enlever ses vêtements). Elles se déshabillent en musique, face caméra. Certes, elles s’arrêtent aux sous-vêtements… mais cela suffit à en émoustiller plus d’un ! Les contenus les plus “appréciés” sur Tik Tok sont presque toujours les plus “chauds”. Du coup les jeunes filles sont très tentées de faire pareil pour récolter des masses de “likes”.

Culte du corps, superficialité et hypersexualisation des plus jeunes… Un vrai problème dans cette phase de construction identitaire que vivent nos ados et pré-ados. Si je parle ici surtout des filles, les garçons aussi espèrent plaire par leur physique et montrent leurs muscles en quête de virilité. Et il n’y a pas qu’entre jeunes que ces contenus circulent : par défaut les vidéos sont visibles par la terre entière, avec d’autres risques !

Tik Tok, qui est à l’intérieur ?

Sur Tik Tok, on croise une faune variée :

  • des foules d’ados de toutes origines qui vont à la pêche aux “likes” et aux commentaires pour se rassurer ou tenter de devenir célèbre,
  • de vrais créatifs, passionnés de montage vidéo, qui ont bon esprit et produisent des contenus de qualité mais qui sont bien trop rares sur cette plateforme,
  • …et des nuées de pervers qui sont là pour ingurgiter des tonnes de vidéos de (très) jeunes filles et pour certains, de jeunes garçons.

Ces prédateurs sexuels n’ont même plus besoin d’aller sur des sites web illicites pour échanger des images et vidéos pédophiles. Ils leur suffit d’un compte Tik Tok.

Des pédophiles intraçables !

Ils ont accès à des millions de vidéos réellement “amateur”, car ces jeunes n’ont pas été forcés à les tourner. Ils font juste leur marché… Tout est à portée de clic. Et en plus c’est gratuit ! Ils se croient au paradis. Ils ne postent pas de vidéos, mais en dévorent des heures et des heures chaque semaine.

Souvent ils laissent un commentaire salace ou à double sens. Certains tentent d’échanger par message privé pour leur faire des demandes déplacées.

Des profils de ce genre, il y en a des tonnes. Ils “likent” toujours le même type de contenus et affichent sur leur profil un pseudo “Kik”, une application de messagerie qui ne demande ni numéro de téléphone ni adresse e-mail pour s’inscrire…

Autant dire qu’ils ne se feront jamais pincer pour leurs débordements. C’est vraiment choquant qu’ils puissent agir ainsi en toute impunité.

Mais que fait la police ?

Pas grand chose, car elle a peu d’éléments pour agir. Et la justice ?

En 2017 aux États-Unis, un père de famille avait déjà crié au loup. Sa fille de 7 ans avait reçu un message d’un inconnu qui lui demandait des photos d’elle dénudée [7]. Heureusement, elle en a parlé à ses parents avant que ça ne tourne mal.

En février dernier, la Commission Fédérale Américaine du Commerce a infligé une amende de 5,7 millions de dollars à Tik Tok pour protection insuffisante des mineurs [8].

Sous la pression, Tik Tok a renforcé son équipe de modérateurs…

De 6 000 à 10 000 !

Cela vous paraît beaucoup ? Face à un milliard d’utilisateurs dans le monde, c’est peu.

Imaginez une ville de 100 000 habitants avec 1 seul policier pour la protéger !

C’est le même ratio.

Ces modérateurs font ce qu’ils peuvent mais ils sont noyés sous le volume de contenus et de comptes à surveiller. Ne comptez pas sur eux pour protéger vos enfants.

Espérons que ce genre d’amende et de mauvaise publicité fasse réagir la direction de Tik Tok. En attendant, à nous de faire le job de modérateur.

Pour en apprendre plus sur Tik Tok
👇🏻 👇🏻 👇🏻

Article publié par
SerenWays – Place Saint François 12 bis c/o Loralie
1003 Lausanne – Suisse

Vidéo Youtube publiée par Le Rois Des Rats

Un commentaire

  • GCG

    Le roi des rats est un génie du web, il décrypte tous les réseaux sociaux! merci à lui pour son travail sérieux! les jeunes ont encore du potentiel, ouf !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.